Sunday, November 16, 2008

Theology, Pro-life, Christ King, Saints et c

Atheists & evolutionists:

A Philosophical Premise of 'Naturalism'?:

Naturalism is the philosophy that states that explanations for all phenomena must be in terms of natural causes.


Note: all phenomena, just not some, natural for all, never supernatural. A great negative claim.

Those basic assumptions--a memorable past, a predictable future, and an observable external reality--are the only assumptions made by science (and even the assumption of external reality is rejected by some philosophical idealists). Science makes no other assumptions.


A predictable future? To most of us predictions about tomorrow are qualified by "God willing and weather permitting, i e an admission the future is not really predictable. Surprises do happen.

When it comes to ID and "scientific" explanations of origins, he is very two standards:

The status of Intelligent Design as science has nothing whatsoever to do with its being natural or supernatural. As we have seen, simply being supernatural doesn't disqualify something from scientific study. Intelligent Design is rejected from science simply because there is no verifiable evidence to support it. Most of Intelligent Design theory is purely subjective, saying little more than "it sure looks designed to me."


The origin of the moon, for example, can be studied scientifically because different mechanisms for its origin imply different modern-day properties such as the chemical composition of moon rocks.)


Why not exchange the wording and judgements:

The intelligent design of this, that and third phenomenon can be studied scientifically, because the lack of such implies a chaos which we repeatedly do not observe. The flood and confusion of tongues can be studied scientifically because it implies on the one hand a memory of either event or both and on the other hand a confusion in the details. Which is exactly what we do observe, thank you Mark Isaak! The moon "sure looks as if" its rocks were solidified lava (or whatever be the theory). Which is not a scientific argument.





" There is grandeur in this view of life, with its several powers, having been originally breathed into a few forms or into one; and that, whilst this planet has gone cycling on according to the fixed law of gravity, from so simple a beginning endless forms most beautiful and most wonderful have been, and are being, evolved." - The Origin of Species, Charles Darwin


In a century as dedicated to grandeur as the XIXth, the C of Wagner and the late Beethoven, that must have been final, must it not?




Proofs of a Conspiracy, by John Robinson: ("Ch II. The Illuminati" - scroll down to page limit 69 to find this passage in context)




...Having made the candidate acquainted with himself, he is apprised that the Order is not a speculative, but an active association, engaged in doing good to others. The knowledge of human character is therefore of all others the most important. This is acquired only by observation, assisted by the instructions of his teacher. Characters in history are proposed to him for observation, and his opinion is required. After this he is directed to look around him, and to notice the conduct of other men; and part of his weekly rescripts must consist of accounts of all interesting occurrences in his neighbourhood, whether of a public or private nature. Cossandey, one of the four Professors, gives a particular account of the instructions relating to this kind of science. "The Novice must be attentive to trifles: For, in frivolous occurrences a man is indolent, and makes no effort to act a part, so that his real character is then acting alone. Nothing will have such influence with the Superiors in promoting the advancement of a candidate as very copious narrations of this kind, because the candidate, if promoted, is to be employed in an active station, and it is from this kind of information only that the Superiors can judge of his fitness. These characteristic anecdotes are not for the instruction of the Superiors, who are men of long experience, and familiar with such occupation. But they inform the Order concerning the talents and proficiency of the young member. Scientific instruction, being connected by system, is soon communicated, and may in general be very completely obtained from the books which are recommended to the Novice, and acquired in the public seminaries of instruction. But knowledge of character is more multifarious and more delicate. For this there is no college, and it must therefore require longer time for its attainment. Besides, this assiduous and long continued study of men, enables the possessor of such knowledge to act with men, and by his knowledge of their character, to influence their conduct. For such reasons this study is continued, and these rescripts are required, during the whole progress through the Order, and attention to them is recommended as the only mean of advancement. Remarks on Physiognomy in these narrations are accounted of considerable value." So far Mr. Cossandey





Am I, are homeless in general, one of the goals of this kind of observation? God help me! Anyway, masonic "observations" of this kind are certainly one source of the false diagnoses that clutter psychiatric hospitals with sane though unhappy inmates.


Saints:

"Sold into a loving marriage" (St Elisabeth of Hungary - also here)
Ste Marina (Margaret)
Sta. Agata

Ung kvinna från Sicilien som tvingades arbeta i en bordell och sedan fick sina bröst avskurna som straff för hennes vägran att förneka sin tro.

St. Peter uppenbarade sig för henne i fängelset och helade henne, men hon dog ändå där.

St. Agata tros ha räddat sin hemstad Catania från Etnas utbrott, liksom jordbävningar och eldsvådor. Hon beskyddar också barnskötare, klockmakare, guldsmeder, vävare, de svältande och dem som har inflammationer eller sjukdomar i brösten.

En av de många vidskepelserna om henne är att om du dricker heligt vatten på hennes dag så blir du inte ormbiten.

I konst ses hon ofta hålla ett fat med sina bröst på, eller hållande en kniv.
Ortodox namsdag: 5/2.



Det var 5/2 1998, på Sta Agathas dag, som skotten i Likenäs räddade mig från att komma in på psyk än en gång utan motstånd och jag i stället kom till häktet i Karlstad.

Tack, Sankta Agatha! Bed för mig!

Ste Matrona de Moscou
Staline, le retour d'une icône. AFP. 2008-12-02. URL:http://news.fr.msn.com/insolite/article.aspx?cp-documentid=11512572. Accessed: 2008-12-02. (Archived by WebCite® at http://www.webcitation.org/5cll3DuZL)

Ste Viviane
Sainte Vivianne. Université de Napierville, 101 esplanade du Grand Marshall, Napierville, Québec, Canada J0J 1L0. 2008-12-02. URL:http://www.udenap.org/personnalites/vivainne_sainte.htm. Accessed: 2008-12-02. (Archived by WebCite® at http://www.webcitation.org/5cllFHnD2)
Sainte-Bibiane. © 1996 - 2003 missa.org Tous droits réservés, Tiré de Vie des Saints: M. l'abbé Caillot éd. Bordas Frères 1864 . 2008-12-02. URL:http://www.missa.org/sbib.html. Accessed: 2008-12-02. (Archived by WebCite® at http://www.webcitation.org/5cllc4r8m)

St Nicholas of Myra








Orthodox and Catholic Saints - in pairs
St Photius the GreatSt Thomas AquinasLearned.
St Gregory PalamasSt Ignatius of LoyolaHesychasts.
St Mark of EphesusSt Marcel Lefebvre (not canonised as yet)Defying Councils they considered as robber councils.
St Parascheve of Iassi, called PetkaSt Therese of LisieuxVirgins of great innocence and devotion



Charles I of England - Scotland and Ireland, Louis XVI de France, Maximiliano de México, St Nicholas II - Czar and passionbearer, Charles I of Austria and Hungary --- they were beheaded, shot or exiled for being Anglo-Catholic, Roman Catholic, Greek Orthodox, demophile and peaceloving monarchs:

Louis XVI and Marie Antoinette:
Tea at Trianon Louis XVI Pape Pie VI sur martyre de Louis XVI

Czar St Nicholas II with family:
The Royal Martyrs Of Russia

Chouannerie, Cristeros, Carlistas:

Reynald Secher : GRACCHUS BABEUF - La guerre de la Vendée et le système de dépopulation

Synergy/symphonia of State and Church

Orthodox:

Archimandrite Tikhon (Shevkunov):
“The truth, even if bitter, will triumph with time”


Frank Schaeffer:
Why Russia Invaded Georgia: Payback Time From the Orthodox World to the West







This invasion reminds me to ask whether territorial re-expansion is really the best way to regain the greatness of Orthodox Russia, or whether taking a cue from Czar Saint Nikolai II might not be an idea - as well as abolishing some of the Prussian tyrannies introduced after the murder of the Czar family.
& (traduit en anglais)
et pourquoi pas:
Le 4 septembre 1792, les premiers pillages commencèrent à la basilique Saint-Denis, selon les dispositions de la loi qui allait devenir républicaine dix-huit jours plus tard. Le 9, le dernier office des bénédictins dans l'église dont ils avaient été les maîtres pendant onze siècles fut célébré par Dom Verneuil, le père abbé, mitre en tête et crosse au poing. Cela ne manquait pas de courage, ni de panache. Ils chantaient : « Manus tuas, Domine, commendo spritum meum... » Le 14, chassés, menacés de mort, les religieux se dispersèrent sans espoir de retour. La nécropole royale entra en agonie.

On s'attaqua d'abord au toit. La charpente en fut dénudée, livrée aux intempéries, le plomb arraché et stocké dans la nef, en désordre, au milieu des tombeaux. Le 6 août 1793, l'église grouilla soudain de soldats à bonnet rouge, d'ouvriers armés de pics, de masses, de marteaux, de leviers. La foule les encourageait. Par un singulier tour du destin, la première chapelle sur laquelle ils se ruèrent fut celle du roi Dagobert Ier, fondateur de l'abbaye. Sa statue gisante fut anéantie. Certains monuments funéraires furent conservés, notamment ceux des Valois, « pour leur exceptionnelle qualité artistique », selon un décret de la Convention. Avec les autres, brisés à la masse, saccages, on construisit à l'entrée de Franciade, ci-devant Saint-Denis, sur la place d'Armes, une montagne allégorique de ruines au pied de laquelle fut aménagée une grotte à la mémoire de Marat et de Peletier de Saint-Fargeau, promus martyrs de la Révolution. Les têtes sculptées de nos rois, couronne brisée, nez cassé, les yeux crevés, ornaient les piliers et les frontons de la grotte.

En septembre, dans l'abbatiale mutilée, on martela ou on fit sauter au ciseau les derniers attributs de la royauté qui avaient encore échappé à la fureur républicaine, notamment ceux du buffet d'orgue. Périrent aussi les dernières croix des calvaires qui jalonnaient, dans Saint-Denis, l'itinéraire des convois funèbres des rois de France. Enfin, ce fut le tour des cloches. Elles subirent le martyre de la roue, rompues à coups de barre de fer, émettant des plaintes lugubres qui rebondissaient en échos à l'intérieur de la basilique.

Firent leur entrée « ces spoliateurs de tombeaux, ces hommes abominables qui eurent l'idée de violer l'asile des morts et de disperser leurs cendres pour effacer le souvenir du passé ». C'était le 12 octobre 1793.

Au milieu d'une foule surexcitée qui encourageait de la voix et du geste les terrassiers, on commença à creuser aux abords immédiats de la basilique deux fosses carrées de trois mètres de côté et trois mètres de profondeur. La première était destinée à recevoir les ossements des Bourbons, la seconde ceux des Valois et des Capétiens directs, ainsi que les restes des rois des deux premières races, si l'on en retrouvait quelque chose. Non loin de là, dans un baraquement, fut édifiée à la hâte une fonderie où les cercueils de plomb des tyrans se transmuteraient en balles de fusil républicaines. Puis l'on enfonça au bélier les portes des caveaux.

Le premier « tyran » forcé dans son repos éternel fut le bon roi Henri IV. Lorsqu'on eut fait sauter à coups de marteau et de pied-de-biche le lourd couvercle de son cercueil de chêne, puis son cercueil de plomb à la barre à mines, déclenchant dans le caveau des Bourbons un épouvantable vacarme, son corps apparut enveloppé d'un suaire blanc presque intact. On dégagea la tête, et, dans l'air raréfié, se répandit une forte exhalaison d'aromates. Ce roi-là sentait bon. Ce ne fut pas le cas des autres. Après cent quatre-vingt-trois ans de tombeau, son visage était admirablement conservé, la barbe presque blanche, les traits sereins, à peine altérés. Le cadavre fut ainsi dressé, comme un mannequin, et adossé à un pilier. La foule qui l'entoure, impressionnée, suspend un instant sa haine. Peut-être même est-elle émue au spectacle de ce grand roi debout, immobile dans son linceul. Et si elle tombait à genoux, en témoignage d'ancien respect? Mais la loi qui régit les masses humaines ne souffre pas d'exception, c'est toujours le plus vil qui l'emporte, et le, plus vil, le voici : un soldat, même pas pris de boisson, ce qui eût au moins constitué une excuse. Se poussant au premier rang, avec des mines de matamore, le soldat, courageux fils du peuple, tire son sabre et coupe ras une bonne mèche de barbe blanche dont il se fait une moustache postiche sous les rites et les applaudissements. Voilà, c'est décidé, la foule sera abjecte. Une mégère brandit le poing sous le nez du bon roi Henri, et puis, carrément, le gifle à toute volée, si fort que le corps tombe à terre. C'était le samedi 12 octobre 1793 et le jour tombait. Les forceurs de tombeaux rentrèrent chez eux pour se reposer le dimanche en famille, observant une pause déjà syndicale, si bien que le roi Henri IV demeura ainsi exposé aux outrages de la populace jusqu'au lundi 14 octobre. On ignore dans quel état il fut retrouvé, car il fut balancé sans ménagements, dès le matin, et le premier, dans la fosse des Bourbons.

Passé ce premier défoulement, on accéléra le boulot. Louis XIII fut expédié dans la fosse sans même l'aumône d'une injure. Il puait. Avec Louis XIV, on respecta les formes républicaines. L'un des terrassiers, autre courageux fils du peuple, sortit son couteau à longue lame, et, d'un coup vif, éventra le roi. Il s'en échappa quantité d'étoupes qui remplaçaient les entrailles et soutenaient les chairs. Estimant sans doute, à bon droit, qu'il avait été trompé sur la réalité charnelle de la dépouille royale aussi inerte qu'une poupée de son, l'éventreur, avec son couteau, ouvrit en force la bouche du roi dont les mâchoires étaient bloquées depuis soixante-dix-huit longues années. Rude besogne. Il en vint à bout, saluant comme un gladiateur, et la multitude l'acclama. Le roi Louis XIV, qui, de son vivant, puait effroyablement de la bouche, exhala un ultime soupir qui extermina les dernières mouches qui survivaient dans le caveau. Le fils du peuple préleva sur la mâchoire royale une dent, solitaire, un chicot noir et pourri qu'il montra au peuple, comme un trophée. Le peuple applaudit et rugit de bonheur.
« Monseigneur, mes frères, dit-il, le droit divin est un flux qui échappe au pouvoir des hommes. Il est éternellement transmissible chez ceux que Dieu a choisis. Il ne peut être interrompu, il ne l'a jamais été et ne le sera jamais. On peut couper la tête des rois, les chasser, les oublier, le droit divin court toujours, comme une grâce inemployée dont les effets s'accumulent. Mais vous êtes aussi un être de chair, Monseigneur. La royauté héréditaire commence là où commence l'homme, par la conception charnelle. Un roi est fait d'un autre roi, de toute la chaîne des rois avant lui, parmi lesquels celui qui repose ici depuis neuf siècles. Ainsi le corps du roi est-il le roi. A Reims, il recevait neuf orictions, et sa personne devenait sacrée. Allez à Reims, Monseigneur, et que Dieu vous ouvre la route. Amen.

La messe suivit son cours. L'abbé trouva marqués d'avance par des signets de couleur vive, d'une soie neuve qui avait été changée récemment, dans le missel, les textes propres aux oraisons pour le roi. D'une voix forte, il lut le premier, la collecte, qui se place juste avant l'épître : « Quaesumus, omnipotens Deus : ut famulus tuus Pharamonus, rex noster, qui tua misera-tione suscepit regni gubernacula... Faites, Dieu Tout-Puissant, que votre serviteur notre roi Pharamond, qui par votre grâce a assumé le gouvernement du royaume, reçoive un accroissement de toutes les vertus ; qu'orné de leur éclat, il évite l'horreur du vice et puisse parvenir heureusement jusqu'à vous qui êtes la voie, la vérité et la vie. Par Nôtre-Seigneur Jésus-Christ, votre Fils... Per Dominum nostrum Jesum Christum Filium tuum, qui tecum vivit et régnât in saecula saeculorum, amen. »

Les deux autres textes étaient ceux de la secrète et de la postcommunion, l'un avant la préface et l'autre à la fin de la messe, précédant la bénédiction. Tous deux en appelaient à la grâce de Dieu « répandue sur notre roi Pharamond afin qu'elle le protège contre toutes les forces adverses, etc. ». L'abbé ne s'était jamais trouvé face à ces textes-là, enfouis depuis des éternités parmi d'autres oraisons pour la pluie ou le beau temps ou contre les tremblements de terre et les épidémies chez les animaux, entre les pages désaffectées de missels obsolètes mis au rebut par des générations d'évêques acharnés. Il éprouva un vif bonheur à redécouvrir mot à mot ces textes. On avait tout rejeté en bloc, pourquoi ne pas tout reprendre de la même façon ? Pourquoi les gens de ce pays ne demanderaient-ils pas à Dieu, comme naguère, de bénir leurs maisons, leurs bateaux, leurs chevaux, leurs chiens, leurs autos, leurs enfants, leurs femmes enceintes, leurs malades, leurs vieillards, leurs drapeaux, de guérir leurs cochons malades, d'épargner la grêle aux moissons, de protéger leurs forêts des incendies, et à plus forte raison de leur donner à nouveau un roi qui pût être aimé et respecté et rendrait un sens à l'ordre des choses...

First millennium:

Testament de St Rémy

4 comments:

Hans Lundahl said...

Du second article sur Sainte Viviane:

"Cette église fut rebâtie et magnifiquement ornée en 1628 par le pape Urbain VIII."

Ah, catholique ou orthodoxe, je ne cesse pas d'aimer Urbain VIII!

Hans Lundahl said...

Je viens d'écrire Viviane de la version française d'Orthodoxwiki

Hans Lundahl said...

Possiblement, c'est cette autre Viviane qui en est la patronne. Je devrais demander ça à ma mère.

Hans Lundahl said...

Saint Vibiana.